-

Comment trouver un stage en entreprise ?

Être étudiant

Qu’il soit de fin d’année ou de fin d’études, le stage semble désormais inévitable avant un premier emploi.

Comment trouver un stage en entreprise ?

Préparer sa lettre de motivation et rédiger son CV

Vous voulez faire acte de candidature dans une entreprise bien précise. Vous devez pour cela envoyer une lettre de motivation et un CV à la personne chargée du recrutement des stagiaires. Si vous répondez à une annonce d’offre de stage, le nom et les coordonnées de cette personne vous sont donnés. Si ce n’est pas le cas, il faut vous renseigner pour les obtenir, par un coup de téléphone au service des ressources humaines par exemple. Il faut en effet éviter d’envoyer un courrier ou un mail « à l’aveugle » sans être sûr du destinataire. Car votre demande risque de ne jamais être lue par celui ou celle qu’elle pourrait intéresser. Une semaine après votre envoi, passez un coup de téléphone pour savoir si l’on a reçu votre demande et venir aux nouvelles.
La lettre de motivation se rédige en fonction de l’interlocuteur à qui vous vous adressez : son contenu varie mais il y a tout de même des règles à respecter. Une lettre de motivation se compose de trois paragraphes :

– Parlez de l’entreprise, montrez que vous les connaissez, que vous aimez ce qu’ils font sans en faire trop.

– Parlez de vous, de vos expériences. Mettez l’accent sur vos expériences en rapport avec l’activité de la société.

– Et enfin parlez de votre collaboration avec l’entreprise, de ce que vous pourriez leur apporter et de ce qu’eux pourront vous apporter.

– N’oubliez pas de terminer par une « invitation » à se rencontrer : « Je serai ravi de pouvoir échanger avec vous, je vous propose donc de nous rencontrer à votre convenance. »

Où trouver un stage ?

Les grosses entreprises publient souvent elles-mêmes leurs offres de stages : si vous visez un secteur précis, il faut donc commencer par vous rendre sur leur site Internet (rubrique emploi ou recrutement). Il ne faut toutefois pas négliger l’immense gisement des petites et moyennes entreprises (PME), qui ne font pas d’offres de stages, n’ont pas de service pour recruter les stagiaires, mais peuvent vous permettre de faire des stages passionnants. Il faut savoir en effet qu’un stagiaire sera souvent plus actif, exercera plus de responsabilités, et découvrira mieux l’entreprise en un temps court dans entreprise moyenne que dans une grande firme plus impersonnelle où les stagiaires défilent toute l’année.

Les annuaires d’entreprises répertorient toutes les entreprises par secteur ou par région. Ils vous donnent un descriptif de l’entreprise, de son activité, de ses effectifs, et surtout, le nom des personnes à contacter.

Plusieurs sites Internet de recrutement mettent en relation les entreprises et les candidats pour des emplois ou des stages :
-Le site www.en-stage.com diffuse des offres de stages pour étudiants, et on peut déposer son CV en ligne.
– http://www.jobcampus.com – www.kapstages.com est le site de Kompass (voir plus haut) et met en relation les entreprises et les jeunes en proposant des offres de stages, de contrats de qualification et d’apprentissage. France et étranger.
– www.keljob.com – www.monster.fr – www.recrut.com

Faire des candidatures spontanées : 50% des emplois à pourvoir ne feraient pas l’objet d’une annonce. Ce marché caché existe également pour les stages. En allant au-devant de l’offre, vous démontrez ainsi votre motivation et votre profil peut créer l’opportunité. Renseignez-vous en amont sur l’entreprise et ses projets pour mieux cibler votre candidature et faire mouche.

Soigner son image sur les réseaux sociaux : si les recruteurs consultent les profils des candidats à l’emploi sur les réseaux sociaux, ils le feront possiblement pour leurs futurs stagiaires ! Ne laissez donc pas trainer des photos de vos soirées arrosées (pour vérifier, tapez vos nom et prénom sur Google Images), verrouillez votre profil Facebook et pensez à vous créer un profil sur Viadeo ou LinkedIn si ce n’est pas déjà fait !

Ne pas oublier de relancer !

Comment constituer son réseau ?

Vous devez aller de l’avant. Objectif : chercher à connaître les besoins des entreprises pour trouver un stage. Dans un premier temps, vous allez contacter les personnes de votre entourage. C’est votre liste de base :

  • Famille
  • Amis et parents d’amis
  • Camarades d’études et leurs parents
  • Professeurs
  • Toute personne rencontrée lors d’un stage en entreprise
  • Toute personne rencontrée lors d’un « job »
  • Toute personne rencontrée dans le cadre d’activités extra-scolaires et extra-professionnelles : milieu associatif, sportif, culturel, etc…

Conseils pour être plus efficace

Prenez un cahier, ouvrez un Excel, choisissez la formule que vous préférez mais surtout notez. Notez tout, le nom de l’entreprise, l’adresse, le nom du décideur si vous le trouvez, son adresse email, son numéro de téléphone et notez les actions que vous avez faites. Contact téléphone, passage, envoi de candidature par email les relances en notant bien la date de chaque action. N’oubliez rien. Ce sera votre feuille de route afin de savoir où vous en êtes dans vos recherches. Ça vous donnera un cadre.

Préparer un entretien d’embauche avant le stage

Pour un stage ou un recrutement, vous aurez à passer le cap de l’entretien. Lorsqu’il s’agit d’une embauche définitive, c’est un enjeu de taille, pour vous comme pour l’entreprise. C’est une négociation ! Lorsqu’il s’agit d’un recrutement, les entreprises font passer en moyenne trois entretiens aux candidats. Mais même pour trouver un stage en entreprise, les employeurs tiennent à avoir au moins un entretien.

Votre but c’est évidemment de convaincre que c’est vous qui êtes le plus à même d’occuper la place à prendre. On vous demandera l’impossible : vous devez tout à la fois être sûr(e) de vous et modeste, curieux(se) mais pas indiscret(e), motivé(e) mais pas ennuyeux(se) !

La préparation d’un entretien d’embauche :

Un entretien, cela se prépare ! Il faut absolument vous entraîner chez vous, seul(e) devant une glace, avec un ami ou en famille.

Que les plus émotifs se rassurent, vous rencontrerez un être humain, pas un « monstre ». Tout le monde a le trac. Le tout est de le maîtriser, pour qu’il passe le plus rapidement possible.

Le jour J, la règle n°1 est d’arriver en forme. Libérez-vous l’esprit deux heures avant. Une bonne marche à pied, une lecture distrayante permettront de « faire le vide ». Bien sûr, arrivez à l’heure, avec cinq minutes d’avance, c’est parfait.

Emportez votre agenda, un bloc-notes, votre CV et vos références.

Se renseigner sur l’entreprise :

Une étape indispensable ! Cela permet au recruteur de voir que vous vous investissez dans cette candidature, et que le projet global vous intéresse, en observant si vous y avez passé du temps !

Les détails à creuser :

  • Quelle est la dimension de l’entreprise, son envergure : petite boîte, entreprise internationale, holding ou filiale etc.
  • Qui la dirige ?
  • Quelle est son activité principale ? Et l’activité de l’équipe que vous souhaitez rejoindre ?
  • Ce qui la différencie sur son marché ?

Se renseigner sur les personnes que l’on va rencontrer :

Quels seront vos interlocuteurs durant ces entretiens ? Est-ce les RH ? Votre futur maître de stage ? Renseignez-vous, car rester dans l’inconnu est bien plus angoissant que de maîtriser un peu ce qui va nous arriver.

Une fois que vous avez les noms, faites vos enquêtes préliminaires : allez voir leur parcours en visitant leur profil Linkedin, cela vous donnera peut-être des informations intéressantes pour vous différencier en entretien si vous voyez que votre futur manager a fait telle formation ou partage tel engagement associatif ! Vous avez peur qu’ils-voient-que-vous-avez-vu leur profil ? Pas de panique, ils se diront que vous vous investissez dans le processus, et c’est une bonne chose !

Le poste : ce dont l’entreprise a besoin, ce qu’on attendra de vous

Qu’est-ce qui sera attendu du futur stagiaire ? Bien connaître les enjeux du poste, ce qu’il implique, vous permettra de mettre en avant les bonnes compétences pour répondre aux besoins de l’employeur. S’ils recherchent quelqu’un, c’est qu’ils ont un besoin, un manque de bras ou un manque de compétences : sachez ce que vous pouvez leur apporter pour vous positionner comme quelqu’un qui offre un service !

Prenez du temps pour passer l’annonce de stage au scanner, décortiquer les lignes, n’hésitez pas non plus à faire des recherches sur Internet à propos de ce type de poste ou interroger des gens que vous connaissez qui ont occupé des métiers similaires.

Le Dress Code :

Comment s’habiller ? La question du dress code est une question épineuse. Vous vous prenez la tête et essayez dix tenues différentes avant de vous mettre en route ?
Trouver la tenue adaptée se prépare : quel est le type d’entreprise ? Start-up ou grand groupe ? Banque ou Agence Créa ? Et le type de métier : travail artisanal, manuel, de bureau ? Par exemple, il est bon de savoir que la plupart du temps, les métiers en contact avec des clients ont un dress code plus strict que les autres, car vous représenterez l’entreprise.

Adaptez-vous le plus possible en fonction de l’industrie et du poste, et dans le doute, restez élégant et neutre tout en restant vous-même. L’entreprise qui vous accueille sait que vous êtes étudiant, c’est même pour cela qu’elle vous reçoit ! Vous pouvez profiter de ce premier entretien pour observer autour de vous le dress code des équipes dans les bureaux, et si besoin rectifier le tir pour un second entretien.

Suivi, mail de remerciement :

N’oubliez pas, à l’issu de l’entretien, d’envoyer un email de remerciements aux personnes qui vous ont reçu, c’est un bon moyen de se rappeler à eux et de faire la différence ! Vous pouvez vous mettre un rappel dans votre agenda avant même l’entretien, cela vous évitera d’oublier cette dernière étape, une fois la pression de l’entretien retombée !

Comment réussir son mail de remerciement 

L’objectif du mail de remerciement est de se rappeler à la mémoire du recruteur et de battre le fer tant qu’il est chaud. L’idéal est d’envoyer ce message un ou deux jours après l’entretien : il faut montrer que vous avez pris le temps de la réflexion, que vous ne vous êtes pas précipité mais il ne faut pas laisser le temps au recruteur de vous oublier non plus. Le mail doit être concis et clair, c’est-à-dire entre cinq et huit lignes, poli mais pas nécessairement aussi formel que les échanges antérieurs à l’entretien d’embauche. Plus le mail sera personnalisé, plus il sera pertinent et jouera en votre faveur.

Entamez le mail par une formule de remerciement, en rappelant le jour et l’heure de l’entretien, dans le cas où le recruteur ait rencontré beaucoup de candidats : « Suite à notre rendez-vous de mardi matin, je tiens à vous remercier pour le temps que vous m’avez consacré et pour la qualité de notre échange… ».

Confirmer son intérêt

La suite du mail a pour but de confirmer votre motivation pour le poste convoité. Vous pouvez donc rappeler deux ou trois éléments sur lesquels vous avez échangé lors de l’entrevue, afin de montrer votre capacité d’écoute et d’analyse. Le piège serait de reprendre un à un les arguments que vous aviez déjà initialement mis en avant dans votre lettre de motivation. Le mail de remerciement doit être différent du reste de votre candidature, vous devez mettre en perspective ce que vous avez appris sur le poste et l’entreprise lors de l’entretien. Le candidat doit montrer qu’il a compris et s’est approprié les enjeux de l’offre. Si vous pensez que vous n’avez pas suffisamment exprimé votre enthousiasme lors de l’échange physique, ou que vous avez le sentiment d’avoir oublié d’évoquer quelque chose, le mail post-entretien est un bon complément. En revanche, prenez un ton enthousiaste, mais pas désespéré !

Par exemple : « Votre présentation détaillée du poste et de l’entreprise m’a permis d’avoir un aperçu complet des missions qui seront confiées au professionnel que vous cherchez. Au cours de mes expériences antérieures, j’ai pris part à de nombreux projets dans un environnement similaire à votre entreprise et je serais très enthousiaste de les mettre à profit dans le cadre des missions que vous proposez… »

Maintenir le dialogue et se démarquer

Même si le recruteur vous dit en fin d’entretien qu’il reviendra vers vous dans un certain délai, le mail de remerciement est un moyen de maintenir la communication. Après avoir indiqué à nouveau votre motivation, vous pouvez tout à fait conclure le mail en demandant à votre interlocuteur de vous faire un retour sur votre prestation : « Si vous en avez l’occasion, je serais ravie de connaître votre perception de l’entretien car je considère que toute critique est bonne à prendre ». Soyez humble et restez à votre place de candidat même si l’entretien s’est très bien déroulé, ne vous présentez pas comme si vous aviez déjà obtenu le poste !

Si lors de votre entrevue, vous avez échangé sur un détail en particulier, vous pouvez aussi tout à fait envoyer au recruteur le lien d’un article sur le sujet, qui soit complémentaire à votre discussion et/ou qui soit un clin d’œil sympathique afin de susciter une réponse. Aussi, tout en restant concis et simple, rien ne vous empêche de faire preuve de générosité pour taper dans l’œil de votre recruteur. Il vous a dit lors de l’entretien que la visibilité de la boîte sur les réseaux était un de leur point faible. Pourquoi ne pas prendre un peu de votre temps pour élaborer quelques pistes d’optimisation pour le référencement de l’entreprise que vous joindrez à votre mail de remerciement ? Enfin, vous pouvez terminer en posant une question à la personne sur la suite du processus, toujours dans le but de garder le contact et d’alimenter l’échange.

À l’inverse, si l’entretien ne vous a pas convaincu pour plusieurs raisons, prenez le temps de mûrir votre décision mais n’attendez pas trop non plus pour le faire savoir. Si vous restez courtois et en bons termes avec le recruteur, il sera plus enclin à vous tenir informé lorsqu’un poste plus en adéquation avec votre profil se libèrera dans l’entreprise ou à vous ouvrir son réseau.

Réfléchissez préalablement à :

  • Vos points faibles
  • Vos points forts
  • Votre argumentaire

Quelques questions pièges :

  • Pourquoi postulez-vous chez nous ?
  • Avez-vous des questions ?
  • Combien de fois les aiguilles d’une montre se chevauchent-elles ? (On a compté pour vous et la réponse est 22)
  • Pourquoi avez-vous choisi cette formation ? Regrettez-vous ce choix ?
  • Savez-vous dire « non » ? (Vous devez répondre oui)
  • Parlez moi de vous
  • Aimez-vous le travail en équipe ?

Surtout, pensez à votre logement !

JE RÉSERVE